A Tulle, l’école Sainte-Marie intègre le TBI au service de la pédagogie !

MOTIV’SOLUTIONS  a sélectionné cet article qui nous présente l’école Sainte-Marie pour qui l’intégration du numérique dans les classes permet à l’enseignant d’être accompagné et de mettre en place de nouvelles méthodes de travail.

1965153

Expérimentée depuis la rentrée, une méthode plaçant l’outil numérique au service de la pédagogie inversée sera généralisée à toutes les classes.

 Utiliser ou pas le numérique à l’école ? La question ne se pose même plus aujourd’hui, tant les nouvelles technologies se sont imposées dans toutes les strates de la société. Le tout est de trouver leur bon dosage-usage à l’école permettant réellement de mieux apprendre. L’école Sainte-Marie à Tulle semble avoir trouvé « la recette » pour inclure le numérique dans le projet de l’établissement. Expérimentée depuis la rentrée dans la classe de CM2 de Béatrice Pagégie, également directrice de l’école, cette méthode, qui place l’outil numérique au service de la pédagogie inversée – soit une mise à disposition préalable du savoir avant l’intervention de l’enseignant – sera généralisée après les vacances de février à toutes les classes.

Une mise en appétit

Sur les feuilles de leçons des écoliers figurent désormais des flashs codes et les adresses des sites internet à consulter. « C’est un principe, initialement, mis en place pour les apprentissages en maths et en français. Il s’agit de proposer aux élèves de découvrir tout seuls chez eux certaines notions, de les « mettre en appétit » par rapport à la leçon à venir. Ils arrivent en classe déjà avec des questions, ce qui permet de gagner du temps et de faire à l’école un travail plus en profondeur, explique Béatrice Pagégie. De plus, dans la classe, on a des enfants qui souffrent de troubles du langage et des apprentissages, comme les dyspraxies et les dyslexies. Pouvoir entendre au préalable une leçon sur le web, ça leur change la vie. »

L’établissement tulliste a également mis en place des cours d’anglais un peu particuliers. « J’étais inspectée en décembre. J’ai présenté à cette occasion une séance d’anglais par visioconférence, en lien avec le site, educastream.com, raconte Béatrice Pagégie. L’inspecteur a été séduit par la démarche et la participation des enfants. J’étais moi-même très mauvaise en anglais, car j’avais l’allemand en 1 re langue. Je vois, grâce à cette interaction, à quel point je progresse et à quel point progressent mes élèves. Mine de rien, pendant deux séances par semaine (de 30 minutes chacune), on parle uniquement anglais. »

Quel est le rôle de l’enseignant dans cette nouvelle configuration ? « On reste seuls maîtres à bord, explique la directrice de l’école Sainte-Marie. L’usage du numérique demande une meilleure anticipation de la part des enseignants, mais tout cela reste extrêmement passionnant. On nous demande d’inverser les choses, de mettre à la disposition des enfants des savoirs et d’intervenir après. Il y une espèce de bascule qui se fait assez facilement. On a la chance d’être dans une petite structure, où on n’est que six enseignants, ce qui rend le changement rapide et efficace. »

« On reste seuls maîtres à bord »

Le numérique n’est pas une fin en soi, mais un outil pédagogique. Béatrice Pagégie le confirme : « Les élèves ont toujours leurs cahiers du jour. On écrit beaucoup. Le passage obligatoire par les graphies se fait. »

Les nouvelles technologies apportent aussi de nouvelles méthodes. « Le savoir est aujourd’hui surtout une affaire de réseau. Moi, je ne vois pas d’utilité à faire trois séances de vocabulaire pour aller chercher dans un dictionnaire, alors qu’on peut apprendre aux enfants d’être exigeants en orthographe et d’aller consulter les dictionnaires électroniques », insiste l’enseignante. L’école Sainte-Marie est également abonnée à la plateforme « lesite.tv », qui propose des contenus pédagogiques vidéo en ligne.

La révolution numérique est en train d’abolir le rôle traditionnel de détenteur et transmetteur de savoirs joué par l’enseignant dans sa classe. Grâce à Internet ce dernier n’est et ne sera jamais plus seul !

Ce contenu a été publié dans Points presse. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *