Ordinateur et tableau interactif : incontournables !

MOTIV’SOLUTIONS a sélectionné cet article qui nous présente l’école primaire d’Ouzouer-le-Marché (Loir et Cher), équipée de tableaux interactifs, et la manière dont les enseignants l’utilisent au quotidien dans leur classe.

Rectrice Ouzouer

A l’école primaire d’Ouzouer-le-Marché, l’outil informatique est pleinement intégré à l’enseignement que reçoivent les enfants.

Essayer, se tromper, essayer à nouveau : en classe, l’outil numérique confère « un statut différent à l’erreur », selon une partie du corps enseignant. A l’école primaire d’Ouzouer-le-Marché, qui appartient au regroupement pédagogique intercommunal (RPI) Ouzouer-Villermain, la directrice, Nelly Besnard, l’a confirmé, vendredi 24 avril dernier, au cours d’une visite de l’école d’Ouzouer par le recteur, Marie Reynier, et par la directrice académique, Valérie Baglin-Le Goff : « Sur l’ordinateur, les petits peuvent recommencer le même exercice plusieurs fois, sans que leurs fautes soient inscrites sur une feuille. »

L’enseignant Pierre-Jean Girardot a expliqué la manière dont il intègre l’informatique à ses cours, avec ses élèves de petite et moyenne sections, alors qu’un groupe de petits, casque sur les oreilles, participait à un atelier devant un écran. « Le matin, lorsque les enfants arrivent, ils peuvent utiliser librement les ordinateurs, a-t-il affirmé. Mais tous les logiciels installés sont en lien avec le travail réalisé en classe. »
Si l’usage de l’ordinateur doit toutefois, pour Nelly Besnard, « rester limité dans le temps » à l’école, celui d’un autre instrument, le TBI (*), est presque devenu incontournable au sein de l’établissement scolaire d’Ouzouer. Démontrant cette idée, vendredi dernier, Christelle Millet a proposé à ses CM1-CM2, sur son tableau interactif, une séance de sciences complète sur la respiration : après avoir diffusé une animation explicative, elle a pu, en quelques mouvements, proposer plusieurs exercices – questionnaire, texte à trous, schéma à compléter… – interactifs. « Le TBI donne aussi la possibilité de faire apparaître des outils – équerre, compas… – pendant les cours de maths, a précisé Nelly Besnard. Il est, cependant, moins simple de l’utiliser lorsque deux niveaux d’élèves trop différents se trouvent dans la même classe. »
« Il est toujours intéressant de voir comment les enseignants s’approprient les nouveaux produits numériques, de découvrir ceux qu’ils utilisent », a commenté Marie Reynier à l’issue de la visite.

A suivre : des tablettes en maternelle

Au sein du RPI d’Ouzouer-le-Marché, une seule classe d’élémentaire n’est pas équipée d’un TBI. Les deux premiers tableaux avaient été installés en 2009-2010, dans le cadre du dispositif « Écoles numériques rurales ». « L’association des parents d’élèves a ensuite ajouté un TBI mobile, détaille Jean-Yves Gasnier, maire. Depuis, la municipalité équipe l’établissement scolaire, un petit peu chaque année. » L’objectif est désormais, pour la directrice, d’acquérir, à plus ou moins long terme, des tablettes tactiles pour les élèves de maternelle.

(*) Tableau blanc interactif.

Ce contenu a été publié dans Points presse. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *