Enseignement technique, la numérisation des cours avance à petit pas !

MOTIV’SOLUTIONS a sélectionné cet article qui nous fait part du succès de l’utilisation de tableaux numériques interactifs dans dix neuf établissements d’enseignement technique dans la région d’Analamanga.

cours

L’enseignement technique utilise des tableaux numériques interactifs pour transmettre les cours aux élèves. Le matériel de nouvelles technologies y afférent est insuffisant.

La Nouvelle Technologie à la rescousse d’un enseignement technique au bord du gouffre. Dix neuf établissements d’enseignement technique dans la région Analamanga utilisent des tableaux numériques interactifs (TNI) pour donner des cours. Soixante autres enseignants, issus des directions régionales viennent de bénéficier d’une formation sur l’utilisation de cette nouvelle technologie.

Désormais, les craies sont rangées dans les tiroirs et les cours se font par projection pendant lesquels les élèves voient des images réelles et uniformes. Toutes les filières génie civile, tertiaire, industrielle et habillement, hôtellerie, basculent dans cette numérisation de l’enseignement technique pour donner un nouveau souffle au système d’enseignement.
Les enseignants en constatent l’intérêt. « Dans l’enseignement technique, la matière de base est le dessin. Aupara­vant, l’enseignant fait le dessin au tableau et les élèves copient. Cependant, il nous faut 3 à 4h pour le faire, soit toute la demi-journée de cours. Avec le TNI, il nous suffit de projeter le dessin et les élèves le voient de la même manière », indique Jean Remi Randrian­tsivery, enseignant au lycée technique professionnel à Alarobia.

Absence d’électricité
La numérisation de l’enseignement technique permet également de combler le manque de matériel pendant les travaux pratiques. L’enseignant cite comme exemple la filière fabrication mécanique qui nécessite l’utilisation d’une machine spécifique dont les établissements techniques ne disposent pas. Avec le TNI, il est possible de l’avoir virtuellement.
Le hic dans le basculement dans l’enseignement numérique est l’insuffisance  de matériel. Au lycée technique d’Alarobia, il n’y a que cinq salles spécialisées pour l’utilisation du TNI. Les enseignants n’ont d’autres choix que d’y passer par tour, par filière et par niveau. Dans les régions, un établissement ne dispose que de deux TNI. Le problème majeur des établissements techniques, dans les régions, réside dans l’absence d’élec­tricité.
Docteur Sabir Ratovo­nasy, directeur de l’Institut National de Formation (Infor) auprès du ministère de l’Emploi, de l’Enseignement Technique et de la Formation Professionnelle, propose à ces établissements l’utilisation d’une batterie pour pratiquer le TNI.
Toutefois, certains élèves craignent que la numérisation de l’enseignement technique supprime les travaux pratiques car la tendance est de télécharger un dessin au lieu de le faire manuellement.

Ce contenu a été publié dans Points presse. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *