École primaire, l’invitation au numérique

MOTIV’SOLUTIONS a sélectionné cet extrait d’interview auprès de Christine Bac, inspectrice de l’Éducation nationale chargée de la formation et du numérique qui organise le forum des usages du numérique à l’Espé (École supérieure du professorat et de l’éducation) en Bretagne, dont l’objectif est d’inciter les enseignants de primaire à s’intéresser aux nouvelles pratiques informatiques. 

BST_NMNUMERIK-3.JPG_g.pellen

Christine Bac, vous êtes chargée de la coordination de ce nouveau forum, avec Patrick Pérennou, conseiller pédagogique de la mission Tice (*). Quels sont les objectifs de cet événement ?

Une première édition s’est déroulée à Quimper l’an dernier. Pour la seconde, nous avons décidé d’organiser ce forum à Quimper mais aussi à Brest, dans un lieu qui n’est pas anodin, puisqu’il s’agit de l’Espé (école supérieure du professorat et de l’éducation). L’idée, c’est de rendre plus lisibles les usages du numérique pour que les professeurs des écoles puissent intégrer de nouvelles pratiques en lien avec l’informatique à leurs différents niveaux de classes. Les enseignants sont invités à rencontrer des formateurs spécialisés Tice l’après-midi et, le matin, des élèves des cycles 1 à 3 qui profitent d’ateliers variés mis en place par les mêmes formateurs.

Quels types d’ateliers ?

Les enfants gravitent autour de pratiques très différentes : on va les amener à découvrir de nouvelles applications éducatives sur des tablettes, leur faire découvrir et décrypter les médias, ou encore les faire  » coder « . Il s’agit, dans tous les cas, de mieux comprendre l’information et de développer son esprit logique et critique, de même que sa créativité.

Vous avez un exemple d’appli qui fonctionne bien en classe ?

Book Creator, qui permet, dès la petite section et quasiment jusqu’au collège, de réaliser des livres animés en très peu de temps et avec des outils simples d’utilisation. En mélangeant des images, du texte, de la vidéo, ou encore en enregistrant sa voix pour l’intégrer directement dans les pages. Cette appli permet de développer leur esprit créatif en les faisant travailler sur l’esthétique et surtout sur la lecture.

Selon vous, comment éveiller une classe entière au numérique via tablette et ce genre de programmes ?

Nos formateurs expliquent aux enseignants le concept des  » classes connectées  » : pour une classe, il ne suffit que de quatre tablettes et d’un simple vidéo-projecteur pour développer l’interactivité entre les enfants. On leur demande de travailler individuellement, dans un premier temps, pour ensuite mieux travailler en groupe sur des demandes formulées par le prof. Cela instaure une meilleure communication entre les différents acteurs de la classe. Dans ce cas, les enfants ont la parole et ne se cantonnent plus seulement à regarder faire l’enseignant au tableau.

À propos de tableau, les Tableaux numériques interactifs (TNI) sont déjà très utilisés par les écoles anglo-saxonnes. Comment se positionne la France sur cette évolution ?

Ça arrive progressivement. Les Tableaux blancs interactifs (TBI) ou Tableaux numériques interactifs (TNI) commencent à être assez prisés, mais ce n’est pas systématique dans toutes les classes. Après, leur utilisation nécessite encore une formation des enseignants ? et nous sommes là pour ça ?.

Vous parliez aussi de  » coder « . Est-il prévu de réintégrer ce genre de pratique en école primaire ?

Dans les années 90, nous avions le Logo, mais cela a été abandonné assez rapidement. Aujourd’hui, il y a clairement une volonté de réintégrer le  » code  » dans le socle commun. Attention, on ne souhaite pas faire des enfants de petits informaticiens coupés du monde, mais plutôt de les éveiller à travers des exercices de logique de programmation. Il s’agit de créer de petites séquences ludiques où l’enfant doit, par exemple, faire arriver un camion d’un point A à un point B en suivant des suites qui lui permettront d’arriver à bon port. Il n’aura pas le résultat escompté s’il ne respecte pas les règles.

Quel est l’intérêt de ce genre d’exercice ?

Cela a une importance au niveau citoyen. Il est essentiel de comprendre assez tôt ? et d’autant plus aujourd’hui ? qu’on peut agir sur des objets au quotidien et même créer à partir de ceux-ci. Montrer que l’on n’est pas esclave de la machine, mais au contraire que l’esprit humain est au coeur. (*) Tice : Technologies de l’information et de la communication pour l’enseignement.

Ce contenu a été publié dans Points presse. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *