A Plailly, le numérique fait sa rentrée à l’école primaire

MOTIV’SOLUTIONS a sélectionné cet article qui nous fait part de l’équipement récent de l’école de Plailly (Oise – 60), d’un écran interactif et d’une table interactive et dont l’objectif est de favoriser l’intérêt des écoliers par le biais du numérique.

4867097_2fad44d2-1443-11e5-a401-001517810e22-1_545x460_autocrop

Favoriser l’intérêt et l’attention des écoliers en passant par le numérique, c’est l’objectif que s’est fixée l’école de Plailly. Elle vient de se doter d’un écran interactif, mais aussi d’une table numérique. Coût de l’investissement: environ 23500€.

L’idée est simple : rendre les cours ludiques pour mieux les intégrer.

«Pour les langues, par exemple, c’est l’idéal. Il n’y a plus besoin d’un tableau noir, d’un vidéoprojecteur et d’une télé : tout est réuni en un seul outil. Non seulement c’est un gain de temps pour l’enseignant, mais cela permet de rendre le cours plus ludique», assure Emmanuel Vivé, directeur général de l’association pour le développement informatique des collectivités de l’Oise (Adico). Cette dernière, créée à l’initiative de l’Union des maires de l’Oise, accompagne depuis 25 ans les collectivités locales du département «dans les méandres de l’informatisation».

Si le concept n’est pas nouveau dans les grandes villes, ces équipements ne sont pas toujours accessibles aux communes dites rurales. «Tout simplement parce que les équipes municipales ne sont pas nécessairement au fait de tout ce qui se fait en matière numérique», avance Jean-Pierre Maistre, président d’Adico. D’où l’aide apportée par l’association. A Plailly, elle a accompagné la mairie et l’équipe enseignante dans le choix du matériel. Une formation a également été dispensée pour apprendre à utiliser au mieux ces nouveaux instruments pédagogiques.

«Permettre aux enfants de savoir se servir de l’informatique et d’outils numériques de ce type est essentiel pour les préparer à l’avenir. Et c’est de la responsabilité des élus de fournir aux écoles de leur secteur les outils nécessaires pour cela», estime Jean-Pierre Maistre. Un argument qui a su convaincre le maire de la commune, Michel Mangot (SE) : «Nous voulions offrir les meilleurs outils aux enfants». Pas question pour autant de se passer des livres. «C’est un complément», rappelle Emmanuel Vivé.

En tout, dans le département, l’association a aidé plus de 140 écoles rurales à s’informatiser, une trentaine d’entre elles à s’équiper de tableaux numérique, et une seule à se doter de la table interactive.

Ce contenu a été publié dans Points presse. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *