Développer le numérique en zone rurale : pari lancé avec l’“ENT-école“ à Limoux dans l’Aude

MOTIV’SOLUTIONS a sélectionné cet article qui nous fait part de l’intégration à l’ENT-école, de plus de 700 élèves de six écoles maternelles et élémentaires de Limoux.

Forte de son implication et de son engagement comme académie pilote, récemment démontrés en accueillant le 25 juin dernier, le recteur Jean-Marc Monteil, chargé par le premier ministre d’une mission interministérielle de définition et d’impulsion d’une nouvelle politique numérique de l’Education nationale, l’académie de Montpellier agit pour le développement du numérique éducatif.

Engagée depuis janvier 2014 dans l’“ENT-école“, un ENT académique premier degré, et déjà bien implantée dans le second degré avec un ENT unique du collège au lycée mais également avec le « L@bel numérique Lycée », bientôt déployé dans les collèges, l’académie entend bien développer les usages du numérique en tant que facteur d’intégration sociale et de lutte contre l’exclusion ; elle veille en cela, à assurer l’égalité des chances sur le territoire pour tous les élèves, de la maternelle au lycée.

Avec cette nouvelle convention, signée le même jour que le contrat de ville 2015-2020 en présence, entre autres, de M. le Président du Conseil Régional Languedoc-Roussillon, de M. le Préfet de l’Aude et de Mme la Vice-Présidente du Conseil Départemental de l’Aude,

Ce sont plus de 700 élèves de six écoles maternelles et élémentaires de Limoux qui vont pouvoir intégrer l’ENT-école dès la rentrée prochaine.

Avec leurs enseignants, leurs animateurs des temps périscolaires et leurs parents, ils vont bénéficier d’un environnement numérique de travail pour apprendre, enseigner et communiquer autrement.

L’ENT premier degré, c’est surtout tout un ensemble de services dans un espace sécurisé, précise Armande Le Pellec-Muller, recteur de l’académie de Montpellier.

Elle rappelle en effet qu’à l’heure du numérique, un des sujets essentiel est de savoir comment protéger ses données personnelles.

« Un ENT, ça protège tous ceux qui vont se connecter ».

Elle insiste aussi sur les services de vie scolaire qui vont permettre « de pouvoir afficher aux parents ce qu’on fait dans l’école ».

Consciente des enjeux du numérique éducatif, la Ville de Limoux s’engage à hauteur d’1€50 par enfant connecté à l’ENT, après un investissement de 150 000 d’euros pour équiper les écoles en matériel informatique.

L’ENT n’arrive pas « comme un cheveu sur la soupe », car comme le précise M. le député-maire, Jean-Paul Dupré : « cela fait plus de vingt ans que nous équipons les écoles de Limoux en ordinateurs et nous avons même fait appel à un personnel spécifique qui accompagne les enfants au maniement de l’informatique ».

Entouré de gens de terrain, parfois enseignants eux-mêmes, au titre d’adjoints à l’éducation, M. le député-maire réaffirme sa volonté d’investir dans cette voie pour permettre à tous les enfants de tous les milieux sociaux, d’accéder à ces technologies ; et il croit même que le numérique puisse devenir un facteur d’attractivité pour sa commune.

Un an seulement après le lancement de l’ENT académique pour le 1er degré, plus de 200 communes du territoire académique (soit plus de 20 % des communes), ont d’ores et déjà adhéré à l’“ENT-école“ pour plus de 30 000 élèves (soit plus de 15 % des écoles).

Au-delà des ENT de la maternelle au lycée, construits sur un même cahier des charges pour garantir une continuité, l’académie de Montpellier se mobilise pour le développement du numérique pédagogique avec 500 000 euros pour la formation des enseignants du second degré, et une dotation du ministère exceptionnelle de 75 000 euros pour la formation de l’ensemble des formateurs disciplinaires ; mais aussi des formations des enseignants du premier et du second degré « par » le numérique via la plateforme m@gistère.

En quelques chiffres :

c’est environ un million d’euros par an qui est engagé pour l’accompagnement académique par la délégation académique au numérique et un million d’euros par an pour l’hébergement et l’assistance assurés par les services académiques.

 

Ce contenu a été publié dans Points presse. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *