L’école primaire de Penin dotée de deux tableaux blancs interactifs

MOTIV’SOLUTIONS a sélectionné cet article qui nous fait part de l’équipement récent en tableaux blanc interactifs d’une école primaire du Penin (Pas-de-Calais).

1279095302_B976673663Z.1_20150930145839_000_G2A59KLIL.3-0.jpg

Pour la récente rentrée scolaire, le RPI des Quatre-Clochers créé en 2002 pour accueillir les enfants scolarisés en maternelle et primaire des communes d’Ambrines, Maizières, Penin et Villers-Sir-Simon a été amené à équiper les classes de cours préparatoire et cours élémentaires. C’est à Penin que des tableaux blancs interactifs ont été installés.

Vendredi, après la classe, ceux-ci ont été inaugurés en présence de Jean-Jacques Cottel député de la circonscription, de Pierre Guillemant président de la communauté de communes de l’Atrébatie, de Françoise Détourné vice-présidente en charge des affaires scolaires, de Fabienne Morvan maire d’Ambrines, Raymond Lavigne maire de Maizières, Christian Tilliez maire de Penin et Xavier Normand maire de Villers-Sir-Simon, des enseignants, de délégués départementaux de l’Éducation nationale et de parents d’élèves.

Le matériel a été présenté par Étienne Lefèvre, enseignant ressources qui, avec l’aide de quelques élèves, a procédé à des démonstrations avec des exemples concrets d’applications et de corrections.

Un investissement de 6 224 €

Christian Thilliez, le président du SIVU, a rappelé les engagements des municipalités pour permettre un fonctionnement optimal de l’école : une mise en commun des moyens, la volonté d’investir pour l’avenir, un budget annuel de 116 000 €, en augmentation de 33 % depuis la mise en place des TAP (temps d’activités périscolaires), sept personnes pour le fonctionnement au quotidien dont une garderie en corrélation avec les attentes des parents, une bibliothèque de plus de 3 000 livres… pour 96 enfants scolarisés.

Dernier investissement, ces deux TBI pour un montant de 6 224 € rendu possible grâce au versement de 2 200 € pris sur la réserve parlementaire de Jean-Jacques Cottel.

Le député a réaffirmé « être toujours prêt à aider financièrement ce type de démarche car on investit sur l’avenir, le plus important pour la réussite de l’enfant restant la trilogie enseignants-parents-enfants. Le TBI est un outil complémentaire qui s’inscrit dans la modernité ».

Même regard positif sur l’avenir pour Pierre Guillemant qui notait « la parfaite symbiose entre l’enfant et l’outil. C’est une société de communication qui nous attend et être en réseau est la garantie de succès d’être bien branché sur la société moderne ».

Ce contenu a été publié dans Points presse. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *