De la plume au clavier : «la plume bille ordi»

MOTIV’SOLUTIONS a sélectionné cet article qui nous parle de l’usage des « machines » depuis près d’un siècle, dont, les tableaux blans interactifs et vidéoprojecteurs interactifs fr plus en plus prisés dans l’enseignement.

201512191333-full

«Depuis plus d’un siècle, l’usage de «machines» dans l’enseignement est courant : porte-plume, stylo-bille, feutre, règle à calculs, calculatrice, TBI (tableau blanc interactif), VPI (vidéoprojecteur interactif), ENT (Environnement numérique de travail), expériences assistées par ordinateur (physique-chimie, sciences de la vie et de la terre,…). Un ENT (Environnement numérique de travail) est un portail internet qui donne accès à des services numériques en ligne destinés aux personnels des établissements, aux élèves et à leurs familles.

Depuis plusieurs décennies, on ne demande plus aux élèves de savoir calculer manuellement une racine carrée, de se servir d’une table de logarithmes, de savoir utiliser une règle à calculs… En effet, l’usage des calculatrices électroniques à fonctionnement autonome, non imprimantes, avec entrée unique par clavier, sera donc autorisé à compter de la session 1980 (circulaire n°79-318 du 2 octobre 1979). Pour les matières scientifiques, la calculatrice permet de se consacrer à des tâches plus «nobles» que le calcul manuel : réflexions sur des informations, des expériences, des hypothèses… Toutefois, on continue à enseigner la manière de calculer manuellement une addition, une soustraction, une multiplication, une division. Le brevet informatique et internet (B2i) atteste le niveau de maîtrise des outils multimédias et d’internet des élèves.

Certains téléphones portables utilisent la reconnaissance vocale pour changer d’application, pour lancer un appel téléphonique… Sur un ordinateur, on peut écrire simplement en parlant. Les performances, parfois limitées, des logiciels de reconnaissance vocale sont en pleine évolution. L’apprentissage de l’écriture manuelle, hors clavier, va-t-il disparaître ? On peut raisonnablement penser que non, sinon comment remplir un formulaire, faire des mots croisés, glisser un billet doux?»

Ce contenu a été publié dans Points presse. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *