Le numérique dans l’éducation : financement et évaluation

S'il convient d'équiper les établissements scolaires, voire les élèves, de matériels et de ressources numériques, la question du financement exige de revoir les modèles existants. L'ANDEV nous livre son point de vue. (2/2)

S’il convient d’équiper les établissements scolaires, voire les élèves, de matériels et de ressources numériques, la question du financement exige de revoir les modèles existants. L’ANDEV nous livre son point de vue. (2/2) 

Finances

Weka.fr : Quelles priorités fixer en matière d’investissement ? Les infrastructures réseaux, les équipements collectifs, individuels ? Les ressources ? Comment assurer l’efficacité des investissements ?

Claire Britten/ANDEV : Aujourd’hui, la priorité, qui doit bénéficier de la solidarité nationale, doit aller vers les territoires « déshérités » qui cumulent les difficultés sociales, financières et dans lesquels le défi est immense pour les équipes enseignantes. Il faut mettre le paquet en matière d’infrastructures, d’équipements, de ressources et d’accompagnement par des professionnels pendant et hors temps scolaires.

Weka.fr : Comment financer les initiatives de numérique éducatif ? Entre subvention, autofinancement, mutualisation de moyens ? Quelles pistes pour assurer l’équipement et la pérennité des investissements ?

Claire Britten/ANDEV : Bien qu’ils ne soient pas à la mode, je crois aux financements pluriannuels croisés qui engagent les financeurs dans la durée, fixent des échéances et obligent à travailler des conventions, obligent à des bilans. L’exemple de la mise en place des assistants techniques informatiques par le conseil général des Bouches-du-Rhône, des agents de « Service Technique Informatique des Lycées » par la région PACA, n’a pu se faire, d’une part, parce que ces collectivités sont « riches », et d’autre part, parce qu’un vrai travail préalable et dans la durée a pu se mener avec le rectorat.

Weka.fr : Comment anticiper les besoins pour prévoir les financements ?

Claire Britten/ANDEV : Dans le premier degré, initier un comité technique où le service chargé de l’informatisation des écoles travaille a minima de concert avec l’ERIP (Enseignant Ressource en Informatique Pédagogique) sur un plan pluri-annuel en s’adjoignant comme partenaire le CRDP ou le CDDP pour expert et tiers (cf. expériences des Bouches-du-Rhône).

Évaluation

On a longtemps mesuré les projets numériques éducatifs en termes d’équipement des établissements scolaires. Il n’y a pas si longtemps encore on mesurait le niveau d’une école numérique au nombre d’ordinateur par élève ou de tableau numérique interactif (TNI). La question des usages devient centrale mais aussi celle de l’efficacité des politiques d’équipement (est-ce que ça sert et à quoi ?).

Weka.fr : Quels dispositifs existe-t-il pour évaluer l’efficacité des politiques d’équipement mais aussi la pratique, l’impact de l’équipement sur les pratiques scolaires, sur l’apprentissage, sur la réussite scolaire ?

Claire Britten/ANDEV : Les études PISA sont une bonne base de réflexion sur l’état des lieux de l’école en France, elles comportent de nombreuses pistes de travail…

Weka.fr : Qui est en charge des évaluations ? Qui en bénéficie ? Comment généraliser les pratiques d’évaluation ? Comment les partager ?

Claire Britten/ANDEV : Au niveau des territoires, les évaluations peuvent être conçues de façon partenariale par des collectifs regroupant des représentants d’établissements scolaires, des collectivités territoriales et des rectorats. Cette modalité permet aux évaluations de répondre aux attentes de chacun et des réajustements rapides.

Propositions et recommandations

Weka.fr : Quelles propositions pouvez-vous faire pour que la vision et la gouvernance des projets numériques éducatifs puissent être plus efficaces dans les cinq prochaines années ?

Claire Britten/ANDEV : Les propositions suivantes :

  1. le développement du numérique au service de la réduction des inégalités ;
  2. le recensement et l’optimisation des contenus existants et la formation des acteurs pour que le numérique soit au service de la compréhension du monde ;
  3. une gouvernance des acteurs des territoires par les rectorats disposant de moyens renforcés ;
  4. une impulsion à la recherche pédagogique en lien avec les outils numériques ;
  5. des aides allouées aux collectivités territoriales pour une mise à niveau des investissements et l’encouragement à des initiatives en direction des familles
Ce contenu a été publié dans Actualités. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *