Rentrée numérique à l’école de Gençay

Un tableau interactif et des micro-ordinateurs équipent 47 écoles dans la Vienne. A Gençay hier matin, la rectrice est venue voir comment ça marche.

L’école primaire de Gençay est l’un des quarante-sept établissements de la Vienne du plan «  écoles numériques rurales ». C’est donc à Gençay que la rectrice, Martine Daoust, a fait sa première visite de rentrée, hier matin, avant de filer vers un collège charentais. « J’avais le souhait de visiter des établissements ruraux, parce que c’est là qu’un effort a été particulièrement porté par le ministère juste avant l’été », a-t-elle expliqué. En effet, sur sept postes d’enseignants supplémentaires attribués dans la Vienne par Vincent Peillon (35 au total dans l’académie), trois concernent le sud de la Vienne : Saint-Macoux, Adriers et Saint-Sauvant.

L’école sert aussi à combler la fracture numérique

A Gençay, pas de poste en plus, mais des nouvelles technologiques. L’école numérique c’est quoi ? C’est un tableau blanc interactif (TBI en langage Éducation nationale) sur lequel les enfants peuvent cliquer, écrire, dessiner, surfer. Ce sont aussi seize micro-ordinateurs sur lesquels chacune des quatre classes de Gençay vient au moins une fois par semaine développer ses connaissances numériques. L’État a financé le matériel et la formation des enseignants. La commune, elle, a amélioré l’ordinaire en installant un rétroprojecteur associé à un ordinateur dans chaque classe.
« Les appareils numériques et Internet sont des outils de la vie de tous les jours, commente Martine Daoust. Ils trouvent logiquement leur application dans les processus d’apprentissage. » Enseignant en classe de CE2, Hervé Paradot fait une démonstration sur le tableau blanc interactif. Tour à tour, les enfants viennent glisser-déposer d’un doigt les éléments d’un jeu mathématique. « Ils sont peut-être plus attentifs que pour une leçon classique sur les soustractions », avance l’instituteur.
Les micro-ordinateurs, eux, sortent de leur boîte « pour structurer les connaissances numériques des enfants », explique le directeur, Walter Brun. Tous les enfants ne sont pas encore égaux sur ce plan-là, même si le niveau d’équipement des familles augmente chaque année. L’école servirait donc aussi à combler la fracture numérique.

insolite

Traction animale au lycée Kyoto

Jeudi c’est aussi la rentrée pour Mélodie et L’Ange. Il s’agit de deux juments de race bretonne, qui se présenteront au portail du lycée Kyoto de Poitiers. En effet, une équipe de formateurs en traction animale du lycée agricole de Montmorillon se rendra sur place afin d’effectuer un travail de labour sur une parcelle de 200 m². C’est la première étape d’un projet élaboré par une équipe d’enseignants du
lycée Kyoto et qui mobilisera une classe de seconde Bac Pro services aux personnes et au territoire pendant toute l’année scolaire. Cet espace jardin servira à la fois de potager pédagogique, de jardin de déambulation et d’espace d’art environnemental.

le chiffre

72.510

C’est le nombre d’élèves scolarisés dans le primaire et le secondaire dans le département de la Vienne à la rentrée 2012. Dont 62.340 dans le public (+360 par rapport à 2011) et 10.170 dans le privé sous contrat avec l’Etat (+70).

Ce contenu a été publié dans Points presse. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *