Tourisme numérique 23 et 24 mars 2015

MOTIV’SOLUTIONS PARIS et MOTIV’SOLUTIONS NORMANDIE ont la joie de vous annoncer leur présence sur le salon du tourisme numérique à Deauville les 23 et 24 mars 2015 prochains.

test-1

Cette rencontre professionnelle, animée par une vingtaine d’ateliers, de conférences plénières et de réflexions prospectives vise à sensibiliser les acteurs de la filière aux enjeux liés au tourisme numérique. Aux côtés des meilleurs experts, les participants anticipent les problématiques de sujets tels que le commerce électronique, l’outil internet (e-tourisme, m-tourisme), les réseaux sociaux, la réalité virtuelle et la réalité augmentée ainsi que les nouveaux dispositifs numériques d’interaction. Des entreprises innovantes proposent sur la Place du Forum conseils et démonstrations de leurs savoir-faire en dévoilant les dernières tendances du marché.

Publié dans Points presse | Laisser un commentaire

Le tout numérique à l’école, c’est possible !

MOTIV’SOLUTIONS a sélectionné cet article qui nous présente le collège René Rollin de Chevillon (Haute-Marne) au sein duquel le TBI est installé partout jusque dans la cantine.

ecole-numerique_1 (1)

Ce tableau nouvelle génération est installé partout : en latin, mathématiques, histoire-géographie, salle des profs, jusque dans la cantine.
Cet outil technologique est désormais au service de la pédagogie. C’est l’objectif de ce projet pilote dans la région. L’Education Nationale essaie de s’adapter aux attentes des nouvelles générations.

© Xavier Claeys / France 3 Champagne-Ardenne

Mais l’autre idée à travers cette expérience est d’assurer la continuité des études dans, et en dehors des salles de classes via un environnement numérique de travail accessible à domicile.
Sous la vigilance des parents, les collégiens peuvent retrouver en permanence leurs cours, leurs devoirs et toute une documentation supplémentaire.
La principale limite de ce système concerne l’accès à internet. Il ne faut exclure personne. Au collège René Rollin, ils sont 97 % à pouvoir se connecter depuis chez eux.

Publié dans Points presse | Laisser un commentaire

Veut-on vraiment sauver l’école ?

MOTIV’SOLUTIONS a sélectionné cet article dans lequel John Rizzo, auteur de « sauver l’école », montre du doigt les enseignants ignorant face au numérique et leur résistance face aux réformes mises en place dans les écoles, au détriment d’une méthode d’enseignement qualitative.

1808001 (1)

Dans une autre vie, John Rizzo, informaticien et agrégé d’informatique, a travaillé chez IBM, avant de créer sa start-up, JavaBlackBelt.com, une sorte de Wikipedia pour des candidats à des examens, qu’il revend à une firme américaine, avant de se faire congédier. Il décide alors de se reconvertir dans l’éducation. « J’ai voulu comprendre pourquoi, quand j’étais chef d’entreprise, sur 50 curriculum vitae, 46 ne valaient même pas la peine que je m’y attarde », raconte John Rizzo, 42 ans, dans Sauver l’école ?, qui paraît ce 18 mars (Ker éditions). L’homme lit tout ce qui lui passe entre les mains, rencontre des enseignants, enquête dans les établissements… Puis finit par monter sur l’estrade : il forme des demandeurs d’emploi et enseigne en primaire, durant un an, comme instituteur remplaçant.

Dans son ouvrage, John Rizzo expose la méthode d’enseignement qu’il a testée dans ses classes. Car, selon lui, c’est d’abord la pédagogie qui est à revoir. « Le problème avec le cours magistral est que l’enseignant va au même rythme pour tout le monde, mais ce n’est pas forcément le bon rythme pour tout le monde. » Il veut croire qu’avec les outils numériques, ce modèle laissera la place à la « pédagogie inversée ». L’enseignant met des documents à la disposition des étudiants sur des espaces numériques de travail : des textes, des images, mais aussi des vidéos. L’élève devient le « pilote actif de sa formation », tandis que le professeur, lui, n’est plus là pour déverser ses connaissances mais s’assure que ses élèves apprennent.

Le livre se teinte aussi d’idéologie. Ainsi on y lit une charge contre le décret Inscriptions ou un plaidoyer pour filtrer les aspirants profs, ce qui est « généralement vecteur de qualité ». Reste la question : pourquoi l’école se révèle-t-elle incapable de se réformer en profondeur ? Il semble que les enseignants résistent à toute tentative de réforme et que les politiques ont « une liberté d’action largement limitée par le marchandage politicien ».

 

Publié dans Points presse | Laisser un commentaire

A Bois d’Arcy, les écoles passent au TBI

MOTIV’SOLUTIONS a sélectionné cet article pour nous présenter l’école primaire Vigée-Lebrun, école pilote dans l’intégration du tableau numérique interactif dans ses classes de CE2, CM1, et CM2.

4495919_11-1-822754236_545x460_autocrop

A l’école primaire Vigée-Lebrun, le traditionnel tableau vert est remplacé par une tablette graphique géante… Hier matin, l’établissement a organisé des portes ouvertes afin de présenter la vidéo numérique interactive (VNI), installée dans les classes de CE2, CM 1 et CM 2 depuis décembre.

Tableau tactile et stylet électronique

Une technologie qui permet de réaliser des exercices sur un tableau tactile à l’aide d’un stylet électronique. « Vignée-Lebrun est notre école pilote. À terme, nous aimerions que tous les CE2, CM 1 et CM 2 de la commune soient équipés de cet outil », détaille Jean-Philippe Luce, adjoint au maire en charge du numérique.

Entourer les mots d’une dictée ou tracer un angle droit devient tout de suite plus ludique. « Je remarque que mon fils a davantage envie d’apprendre et de participer. Comme tous ses camarades, il est né avec le numérique. C’est donc normal que l’école s’adapte à cette nouvelle génération », confie Sabine Sidoli, mère de Baptiste, inscrit en CM 1 à Vigée-Lebrun.

 

Publié dans Points presse | Laisser un commentaire

Un établissement aulnésien s’équipe en TBI et devient école pilote

MOTIV’SOLUTIONS  a sélectionné cet article qui nous présente l’école élémentaire Joliot-Curie, tout récemment équipée d’un TBI et de 25 nouveaux PC portable pour des enseignements numériques spécifiques.

630231701_B974764637Z.1_20150212180753_000_GG23VDJS2.3-0

Mercredi, jour sans enfants, les classes sont vides, les crayons sont rangés dans les trousses, mais il y a du monde dans l’école. Ça tape, ça déballe, ça visse. Les hommes des services techniques de la ville d’Aulnoye, l’informaticien « maison » Yannick Hennebert, mettent la dernière main cette école qualifiée un peu pompeusement «du 21e siècle ».

Les nouvelles technologies, impressionnantes pour tous ceux qui ont connu le tableau noir et la craie, sont entrées dans les classes. « Nous avons installé onze tableaux numériques avec vidéoprojecteurs. C’est le dernier modèle sorti », explique Yannick Hennebert. Caroll Weidich, adjointe aux écoles, et Patricia Saudemont, directrice de l’enseignement, se lancent dans une démonstration avec pour seul outil leurs mains et leurs doigts. C’est tactile, facile et ludique, le geste est naturel. « Les enfants vont écrire avec leurs doigts sur le tableau. C’est une technologie multipoints qui permet la précision du geste. Ils peuvent aussi écrire avec des marqueurs type Veleda », note Yannick Hennebert, joignant le geste à la parole.

Domotique

Toutes les matières peuvent être enseignées avec ce nouvel outil « que s’est bien appropriée l’équipe éducative de Joliot-Curie. Il existe des logiciels conçus par l’Éducation nationale pour chaque matière », note Patricia Saudemont. L’école est également dotée de 25 nouveaux PC portables pour des enseignements numériques spécifiques. L’établissement, rénové, est aussi un modèle en matière de domotique, « cela permet de mieux maîtriser les consommations en électricité et eau ». « Par exemple, nous avons installé des lecteurs biométriques. Ce n’est pas une simple ouverture de la porte avec l’empreinte digitale. Il est couplé avec le chauffage de chaque classe ». Ces équipements high-tech, coûteux, ont été financés grâce à l’enveloppe de l’ANRU : « à long terme, nous souhaitons équiper les autres écoles pour que tous les enfants d’Aulnoye aient les mêmes chances », souligne Caroll Weidich. L’élue aimerait également doter toutes les maternelles de grandes tablettes. Mais ce ne sera pas pour tout de suite, finances serrées oblige.

 

Publié dans Points presse | Laisser un commentaire

Présentation de nos solutions numériques interactives à Achères le 4 mars 2015

Motiv’Solutions a eu le plaisir d’organiser une journée « porte ouverte », le  4 mars dernier, dans l’une des écoles de la mairie d’Achères afin de présenter l’ensemble de ses solutions numériques telles que TBI, Tablettes BIC EDUCATION et le logiciel interactif d’apprentissage de l’anglais E-Blocks.

L’opération fut un véritable succès.

Journée porte ouverte dans une école de la mairie d’Achères

 

IMG_3245[1] IMG_3241[1]

Publié dans Points presse | Laisser un commentaire

A Tulle, l’école Sainte-Marie intègre le TBI au service de la pédagogie !

MOTIV’SOLUTIONS  a sélectionné cet article qui nous présente l’école Sainte-Marie pour qui l’intégration du numérique dans les classes permet à l’enseignant d’être accompagné et de mettre en place de nouvelles méthodes de travail.

1965153

Expérimentée depuis la rentrée, une méthode plaçant l’outil numérique au service de la pédagogie inversée sera généralisée à toutes les classes.

 Utiliser ou pas le numérique à l’école ? La question ne se pose même plus aujourd’hui, tant les nouvelles technologies se sont imposées dans toutes les strates de la société. Le tout est de trouver leur bon dosage-usage à l’école permettant réellement de mieux apprendre. L’école Sainte-Marie à Tulle semble avoir trouvé « la recette » pour inclure le numérique dans le projet de l’établissement. Expérimentée depuis la rentrée dans la classe de CM2 de Béatrice Pagégie, également directrice de l’école, cette méthode, qui place l’outil numérique au service de la pédagogie inversée – soit une mise à disposition préalable du savoir avant l’intervention de l’enseignant – sera généralisée après les vacances de février à toutes les classes.

Une mise en appétit

Sur les feuilles de leçons des écoliers figurent désormais des flashs codes et les adresses des sites internet à consulter. « C’est un principe, initialement, mis en place pour les apprentissages en maths et en français. Il s’agit de proposer aux élèves de découvrir tout seuls chez eux certaines notions, de les « mettre en appétit » par rapport à la leçon à venir. Ils arrivent en classe déjà avec des questions, ce qui permet de gagner du temps et de faire à l’école un travail plus en profondeur, explique Béatrice Pagégie. De plus, dans la classe, on a des enfants qui souffrent de troubles du langage et des apprentissages, comme les dyspraxies et les dyslexies. Pouvoir entendre au préalable une leçon sur le web, ça leur change la vie. »

L’établissement tulliste a également mis en place des cours d’anglais un peu particuliers. « J’étais inspectée en décembre. J’ai présenté à cette occasion une séance d’anglais par visioconférence, en lien avec le site, educastream.com, raconte Béatrice Pagégie. L’inspecteur a été séduit par la démarche et la participation des enfants. J’étais moi-même très mauvaise en anglais, car j’avais l’allemand en 1 re langue. Je vois, grâce à cette interaction, à quel point je progresse et à quel point progressent mes élèves. Mine de rien, pendant deux séances par semaine (de 30 minutes chacune), on parle uniquement anglais. »

Quel est le rôle de l’enseignant dans cette nouvelle configuration ? « On reste seuls maîtres à bord, explique la directrice de l’école Sainte-Marie. L’usage du numérique demande une meilleure anticipation de la part des enseignants, mais tout cela reste extrêmement passionnant. On nous demande d’inverser les choses, de mettre à la disposition des enfants des savoirs et d’intervenir après. Il y une espèce de bascule qui se fait assez facilement. On a la chance d’être dans une petite structure, où on n’est que six enseignants, ce qui rend le changement rapide et efficace. »

« On reste seuls maîtres à bord »

Le numérique n’est pas une fin en soi, mais un outil pédagogique. Béatrice Pagégie le confirme : « Les élèves ont toujours leurs cahiers du jour. On écrit beaucoup. Le passage obligatoire par les graphies se fait. »

Les nouvelles technologies apportent aussi de nouvelles méthodes. « Le savoir est aujourd’hui surtout une affaire de réseau. Moi, je ne vois pas d’utilité à faire trois séances de vocabulaire pour aller chercher dans un dictionnaire, alors qu’on peut apprendre aux enfants d’être exigeants en orthographe et d’aller consulter les dictionnaires électroniques », insiste l’enseignante. L’école Sainte-Marie est également abonnée à la plateforme « lesite.tv », qui propose des contenus pédagogiques vidéo en ligne.

La révolution numérique est en train d’abolir le rôle traditionnel de détenteur et transmetteur de savoirs joué par l’enseignant dans sa classe. Grâce à Internet ce dernier n’est et ne sera jamais plus seul !

Publié dans Points presse | Laisser un commentaire

le TBI a l’école, une priorité pour les Français !

MOTIV’SOLUTIONS a sélectionné cet article qui met en avant, d’après une étude réalisée, que l’intégration du numérique à l’école favoriserait l’insertion professionnelle des enfants selon les parents.

IDBOOX-Ebooks-livrescolaires.fr_-300x224

Selon une étude réalisée par le Syntec Numérique et Odoxa, 87 % des Français considèrent que l’enseignement du numérique à l’école favorisera l’insertion professionnelle de leurs enfants.

Alors que François Hollande a annoncé « Un grand plan numérique pour l’école », cette étude tombe à pic et révèle que le numérique à l’école est une priorité pour une grande majorité de la population française.

Voici les chiffres clés de cette étude

70 % des sondés considèrent que la France « en retard » sur ce sujet.
87 % des répondant estiment que l’enseignement du numérique permettra aux élèves de développer des compétences recherchées sur le marché du travail.
58 % des français pensent que la création d’une matière spécifique est nécessaire pour enseigner efficacement le numérique à l’école en formant des professeurs spécialisés sur les sujets du numérique.
Au contraire, 40 % préfèrent une dispersion des enseignements numériques en les confiant à des professeurs de matières existantes

Les français très lucides voient dans le développement du numérique dans l’éducation scolaire plusieurs avantages :

-former les élèves aux compétences indispensables pour trouver un emploi (87 %)
-développer l’esprit critique sur les informations accessibles en ligne (76 %)
– redonner le goût de l’apprentissage en modernisant les pratiques pédagogiques (65 %)
-rapprocher les écoles et les acteurs locaux (65 %)
– réduire les inégalités sociales entre les élèves (57 %)

Publié dans Points presse | Laisser un commentaire

Le TBI, nouvel outil pour l’école du Bousquet-d’Orb

MOTIV’SOLUTIONS a sélectionné cet article qui nous présente une école située dans le Languedoc Roussillon tout récemment équipée d’un TBI, suscitant un intérêt majeur pour toutes et tous.

les-professeurs-devant-le-tableau-blanc-interactif_1284891_667x333

Depuis plusieurs semaines, les professeurs de l’école primaire travaillent avec un nouvel outil qui permet l’utilisation de supports numériques que l’on n’a pas sur papier (vidéo, animation 3D, ENT, cahier de texte électronique en classe, etc…). Il s’agit du tableau blanc interactif (TBI). Cette nouveauté illustre l’application, dans la commune, de la loi d’orientation 2013 qui demande à l’école de développer l’utilisation du numérique. C’est lors d’échanges entre élus et enseignants qu’il a été décidé d’acheter 4 TBI, soit un par classe, pour un coût total de 12 000 à la charge de la commune. Un effort important alors que dans la plupart des écoles, on ne trouve qu’un seul TBI !

M. Selmani, directeur de l’école, montre l’intérêt de cet outil : « On l’utilise toute la journée ; ça devient l’outil principal en remplacement du tableau noir « . Par ailleurs, les élèves se battent pour aller au tableau. Ils sont plus attentifs et impliqués durant les leçons. Son utilisation sera améliorée avec l’achat de logiciels spécifiques dédiés aux matières enseignées. Tout est mis en œuvre pour que les élèves apprennent et progressent.

 

Publié dans Points presse | Laisser un commentaire

Un chèque pour financer un vidéoprojecteur

MOTIV’SOLUTIONS a sélectionné cet article qui nous présente une association de parents d’élèves d’une école située dans l’Aveyron qui s’est vue remettre un chèque en vue du financement d’un VPI

201502262768-full

Mardi 27 janvier, l’association des parents d’élèves de l’école publique d’Alrance s’est vue remettre un chèque d’un montant de 1 500 € attribué par le Crédit Agricole représenté par M. Bouteille directeur de la caisse locale de Réquista. Celui-ci, s’était fait accompagner pour l’occasion de deux administrateurs de la caisse, Mme Derrouch et M. Canitrot.

Des parents, membres actifs de l’association, ainsi que ceux qui les représentent au conseil d’école, l’aide maternelle, Mme Doyen et les enseignants Mmes Assié et Fabre (directrice) et Monsieur le maire étaient présents lors de cette remise de chèque.

Le montant de celui-ci sera affecté à l’achat, prochainement, d’un vidéoprojecteur interactif et de logiciels, nouveaux supports qui viendront aider les 26 écoliers dans leurs apprentissages.

 

Publié dans Points presse | Laisser un commentaire