Des tableaux numériques à Massabielle

Cet article a été sélectionné par MOTIV’SOLUTIONS pour nous faire part de l’équipement récent de l’école Massabielle à Lourdes, avec 6 tableaux numériques interactifs, vidéoprojecteurs et ordinateurs.

201511041243-full

L’école Massabielle s’est équipée, depuis lundi, de six tableaux interactifs munis de vidéoprojecteurs et d’ordinateurs, fournis par la société Speechi. Les classes de CE2, CM1 et CM2, ainsi que les trois dispositifs spécifiques (le Dispositif d’aide aux enfants en difficulté de l’enseignement catholique, l’Unité pédagogique pour élèves allophones arrivants et l’Unité localisée pour l’inclusion scolaire) en profiteront. L’arrivée de ce nouveau matériel est la concrétisation d’un appel à projet auquel a participé l’Association des parents d’élèves de l’enseignement libre (Apel). L’association participe à hauteur de 71 % auprès de l’Organisme de gestion de l’enseignement catholique pour un budget total de 9.500 € sur l’école Massabielle. «Ça s’inscrit dans le développement numérique des établissements privés», fait savoir Sabine Bergère, la présidente départementale de l’Apel. Pour utiliser cet «outil plus ludique, les instituteurs ont été formés l’an dernier», rappelle Sabine Beugin, la directrice de l’école. Un plus pour elle, tandis que Marcel Durand, de l’Apel de Massabielle, y voit «une nouvelle façon d’éduquer permettant de capter l’attention des élèves».

 

Publié dans Points presse | Laisser un commentaire

Côte d’Ivoire : Des tablettes éducatives s’intègrent à l’école pour alléger les cartables

Cet article, sélectionné par MOTIV’SOLUTIONS aborde le sujet de la lourdeur des cartables scolaires néfaste pour la santé des enfants. Un jeune informaticien ivoirien a donc inventé la première tablette éducative d’Afrique, lancée officiellement en 2014 à Abidjan. La première école à s’en être servi est  l’Institut Raggi Anne Marie (IRMA) de Grand Bassam à Abidjan. 

d32703e4d6167ce27e1a9881230505a2_L

En Afrique comme ailleurs dans le monde, la question de la lourdeur des cartables scolaires et ses conséquences sur la santé des élèves constitue une préoccupation majeure.

En effet, les élèves sont condamnés à porter chaque jour des cartables remplis d’effets : livres, cahiers, instruments de géométrie, etc.

Et l’on estime que ces sacs d’écoles sont à l’origine de divers problèmes de santé chez les enfants : mal de dos, scoliose (déformation de la colonne vertébrale), ralentissement de la croissance, courbatures, fatigue…)

D’ailleurs, un article paru en septembre 2014 dans Le Quotidien d’Oran indique que durant l’année scolaire 2012-2013, quelque 300 cas de scoliose ont été enregistrés chez des élèves âgés de 10 à 14 ans dans cette région du nord-ouest de l’Algérie.

Citées dans l’article, les Unités de santé scolaire de la direction de la santé et de la population mettent ces déformations essentiellement sur le compte du poids des cartables scolaires.

En plus de supporter le poids de ces charges, plusieurs enfants terminent l’année scolaire avec des effets manquants, dégradés ou détruits à force d’utilisation.

Pour résoudre cette équation, un jeune informaticien ivoirien, Thierry N’Douffou, 37 ans, a inventé Qelasy (1), la première tablette éducative d’Afrique, lancée officiellement en 2014 à Abidjan.

C’est un outil dont l’usage devrait permettre de réduire au strict minimum, voire annuler, le fardeau du cartable ; à travers la numérisation des manuels scolaires, qui représentent l’essentiel du poids du cartable.

« Qelasy a été conçue pour réconcilier l’école en Afrique avec les technologies. L’idée nous est venue de notre parcours professionnel où nous avons réalisé qu’il n’y a pas eu véritablement d’impact du numérique sur l’éducation, contrairement à d’autres domaines comme la santé et le divertissement. Cet outil vient améliorer et optimiser l’enseignement », explique Thierry N’Douffou.

En effet, « cette tablette remplace le cartable des élèves, car elle contient tous les livres et permet aux élèves d’accéder à internet et à des bibliothèques. Il faut dire que Qelasy est née d’un déchirement de cœur, parce qu’en tant que parent, c’était pénible de voir nos enfants aller à l’école avec de gros sacs de 7 ou 8 kilogrammes, » poursuit l’intéressé.

« Alors, on s’est demandé pourquoi ne pas concevoir quelque chose qui va être non seulement moins lourd, mais qui va contenir en même temps des milliers de livres auxquels pourraient accéder ces enfants », relate-t-il.
« Une belle expérience »
Ainsi, tout en sauvant les livres dématérialisés de l’usure du temps et des effets de la manipulation, ce cartable numérique qui ne pèse que quelque 480 grammes permet au secteur de l’éducation de s’adapter à l’évolution technologique du moment.

Selon ses promoteurs, cet appareil est déjà utilisé dans près de 200 écoles, notamment en Côte d’Ivoire, au Sénégal, au Niger et au Maroc.

L’une des écoles qui utilisent déjà cette tablette numérique est l’Institut Raggi Anne Marie (IRMA) de Grand Bassam à Abidjan. Et pour Patrice Dally, son directeur, Qelasy est une « belle expérience ».

« On gagne en temps dans les explications, puisque toutes les illustrations possibles d’un cours sont disponibles. Par exemple, un cours de géographie sur le relief nous permet de passer une vidéo sur des montagnes. Et ça crée beaucoup plus de motivation chez les enfants », explique-t-il.

Révélant au passage que l’année dernière, une classe pilote de 3ème mise en place par l’école pour tester la tablette a réalisé 80% de taux de réussite au Brevet d’études du premier cycle (BEPC).

« Si nous voulons donner toutes les chances possibles à nos enfants quand ils finiront leur cycle scolaire, il est bon d’investir dans l’éducation de qualité. Si nous pensons que la santé des enfants est une priorité, et que nous voulons leur éviter des maladies de dos, de poitrine du fait du lourd poids du cartable, je pense qu’on ne devrait pas hésiter à investir », réagit Thierry N’Douffou pour qui « l’éducation de qualité n’a pas de prix ».

En attendant l’option qui sera finalement retenue au terme de la phase pilote, l’usage du Qelasy promet de donner un coup d’accélérateur au projet « m-learning » (mobile learning – apprentissage mobile) que veut déployer le gouvernement ivoirien pour introduire les téléphones portables dans le processus d’apprentissage des élèves et de formation continue des enseignants.

______
(1) Le nom Qelasy est une déformation phonologique du mot « classe », tel que prononcé en dialecte Baoulé (Centre de la Côte d’Ivoire).

Publié dans Points presse | Laisser un commentaire

Dotation de matériel informatique pour l’école Arsène-Ratier

MOTIV’SOLUTIONS nous présente, au travers de cet article, l’école Arsène-Ratier de Bozouls (Aveyron) qui vient de se doter d’un vidéoprojecteur, de six ordinateurs portables et de six tablettes.

201510231143-full

La commune de Bozouls s’engage pour l’école publique Arsène-Ratier dans le cadre du plan numérique pour l’éducation. à ce titre, Jean-Luc Calmelly (maire) et Jacques Barbezange, directeur du SMICA (Syndicat mixe informatique des communes de l’Aveyron), ont rendu dernièrement visite aux enfants et aux enseignants. La commune s’est appuyée sur un partenariat étroit entre le SMICA, la direction départementale de l’éducation nationale et la préfecture de région qui vise à déployer un ENT (environnement numérique de travail) sur l’ensemble du département de l’Aveyron.

Ce projet s’accompagne d’une aide financière pour l’acquisition de matériel informatique et permet à l’école de Bozouls de se doter d’un vidéoprojecteur, de six ordinateurs portables et de six tablettes. Cet ensemble est destiné à répondre aux besoins liés à l’enseignement et à l’accompagnement des élèves dans l’acquisition des compétences et des connaissances prévues par les programmes. Le numérique doit aider l’école dans l’accomplissement des missions fondamentales : instruire, éduquer, émanciper et former les enfants d’aujourd’hui pour qu’ils deviennent les citoyens épanouis et responsables de demain. Nos petits Bozoulais se sont particulièrement appliqués et ont exprimé leur enthousiasme pour cette dotation municipale.

Publié dans Points presse | Laisser un commentaire

Hérault : ce numérique qui donne envie de passer au tableau

MOTIV’SOLUTIONS a sélectionné cet article qui nous présente une classe de CE2 à l’école de Boujan-sur-Libron, près de Béziers (Hérault), qui a été totalement équipée cette année en tableaux numériques interactifs.

1225585_279_obj8029758-1_667x333

Qui veut passer au tableau pour écrire les mots de la dictée ? ». Vingt-cinq doigts se lèvent spontanément. Soit la totalité des élèves qui composent la classe de CE2 de Christophe Boyer, le directeur et maître de l’école élémentaire Marcel-Pagnol à Boujan-sur-Libron, dans le Biterrois. Impressionnant. Il est loin le temps où l’instituteur devait pousser les scolaires à se lever pour faire les exercices devant les autres. Où l’enfant se faisait le plus petit possible sur son siège pour se faire oublier.

Il faut dire que sur le mur, le tableau a changé d’aspect. Celui qui fait face aux primaires n’a pas besoin de craie. Il est numérique, tactile. On y écrit dessus avec les doigts. Et ses fonctions sont multiples. Ludiques. Attrayantes. C’est un ordinateur sur très grand écran.

Le vieux tableau noir n’a pas été relégué au placard. Il est cloué sur le mur à côté du tout beau, tout blanc, tout moderne. On ne sait jamais. La technique, ça peut tomber en panne. Et puis, Christophe Boyer s’en sert pour écrire des règles élémentaires. « Cela fait cinq ans qu’on attendait le renouvellement de notre parc informatique désuet. On n’en espérait pas autant », raconte le directeur. Car les huit classes primaires ont été entièrement équipées de ce nouvel outil technologique.

Les deux dernières, qui n’avaient pas eu de tableau dès cette rentrée de septembre, seront livrées dans quelques jours. « C’est un choix de la commune », insiste le maire, Gérard Abella. Ce sont les villes qui équipent leurs établissements scolaires, pas l’Éducation nationale. « Certains élus mettent un point d’honneur à construire des ronds-points, moi je veux le meilleur pour l’école publique et la gratuité pour tous les gamins, que ce soit pour les activités extrascolaires, le soutien. »

Plus d’attention, d’efficacité

Le budget débloqué pour les tableaux a été conséquent. D’autant plus que Monsieur le maire souhaitait la “Rolls Royce”, ce qui se fait de mieux en l’espèce. « Et pas un petit tableau de rien du tout, limité dans ses fonctions. C’est justifié quand la priorité, c’est nos enfants. » L’équipement, fourni par l’entreprise biterroise Flash Informatique, a coûté 50 000 €. « Le député de l’Hérault Élie Aboud a promis de nous donner 20 000 € tirés de son enveloppe parlementaire. Nous espérons les recevoir sous peu. »

Boujan-sur-Libron est l’une des rares communes de la région à être entièrement pourvue de tableaux numériques. C’est la seule de l’Hérault, pour le moment en tout cas. D’autres s’acheminent sur cette voie. « Certains ne le font que pour une ou deux classes, y vont progressivement, car ça représente une somme. D’autres hésitent encore à sauter le pas », poursuit l’édile, comme un enfant devant la nouvelle technologie. « Je trouve ça merveilleux. Les gosses ont accès à la culture sans se déplacer. Ils peuvent aller au Louvre par exemple en restant sur leur chaise. »C’est ce qui s’est passé quand ils ont étudié la chanson Les copains d’abord de Georges Brassens. Le maître leur a expliqué ce que l’auteur sétois entendait par “le radeau de la méduse” en les amenant, via le tableau numérique, voir l’œuvre de Géricault. Une explication de texte plus passionnante et interactive que d’habitude. « Mais il faut que ça reste un outil pour améliorer la pédagogie. Ce n’est pas un jouet », confie Christophe Boyer, qui admet que son travail est depuis simplifié. « Grâce à l’ordinateur portable relié au tableau, je stocke leurs copies. Je conserve. Je peux revoir tout et c’est plus facile à transporter chez soi que vingt-cinq cahiers. » Penché sur son exercice de mathématiques, Lilian, lui, semble s’appliquer avec plus d’ardeur à la tâche. Ce tableau, il est vraiment « sympa ». Et puis, « on ne se met pas de la craie plein les doigts ! ».

 

Publié dans Points presse | Laisser un commentaire

La priorité est donnée à l’éducation

MOTIV’SOLUTIONS a sélectionné cet article qui nous informe que l’école de Barbazan-Debat (Hautes-Pyrénées) vient d’être dotée de 8 tableaux numériques interactifs.

201510222309-full

Sur le tableau blanc, Esteban prend la grande règle jaune de la maîtresse et, avec l’aide d’Hervé Cosnard, inspecteur d’académie, trace un trait pour indiquer l’activité la plus pratiquée dans le graphique à analyser. Dans la classe, les autres élèves donnent également la réponse en brandissant leur ardoise. Un support ne remplace pas l’autre. L’ardoise classique et le tout nouveau tableau numérique interactif jouent la complémentarité au service de l’apprentissage des élèves.

Et à la grande satisfaction des enseignants. «Le tableau numérique interactif nous permet de rebondir sur n’importe quelle situation», explique Janick Boube, professeur des écoles à Barbazan-Debat.

«On a regardé sur internet ce qu’était un ver luisant. On a vu une vidéo», apprécie Esteban. Le tableau se révèle utile dans toutes les matières : français pour la lecture. «Pour la musique, c’est magique. Pour les arts plastiques, on montre directement les œuvres aux enfants. En mathématiques, j’utilise des jeux en ligne pour travailler le calcul mental. C’est plus ludique. Avec le stylet, on peut garder en mémoire le travail effectué», décline Janick Boube. L’institutrice semble s’être appropriée rapidement cet outil numérique, sans attendre la formation de six heures qui interviendra dans le courant de ce premier trimestre.

L’école de Barbazan-Debat vient d’être dotée de 8 tableaux numériques interactifs. Le coût de l’opération ? 15.000 €, dont 6.000 € à la charge de la commune et le reste à celle de l’état via la Dotation d’équipement des territoires ruraux (DETR). «La dotation a été augmentée de 35 % cette année. La priorité a été donnée à l’éducation, avec 1,5M€», souligne Anne-Gaëlle Baudouin-Clerc, préfète des Hautes-Pyrénées.

Publié dans Points presse | Laisser un commentaire

Lumbres : 800 000€ d’investissements à l’école Salengro

MOTIV’SOLUTIONS a sélectionné cet article qui nous fait part du récent équipement de 4 nouvelles salles de classe à l’école Salengro (Région Nord-Pas-de-Calais), inaugurées le samedi 17 octobre.

1825524809_B976852024Z.1_20151020200108_000_GP35E5E6M.1-0

Durant la visite, Olivier Denis, directeur de Salengro, a proposé une démonstration du vidéoprojecteur interactif et expliqué la nouvelle gestion automatique des lumières, des stores et du chauffage.

Dès 2008, l’établissement a fait l’objet d’une restauration de ses bâtiments ; la réflexion du regroupement de deux écoles date de 2011 et les écoliers de Jules-Guesde ont fait leur rentrée ici en janvier 2015. « Inaugurer une école est un acte d’engagement et de confiance dans l’avenir et dans les générations futures », commente Joëlle Delrue. « Un symbole de la liberté, qui permet à chacun de promouvoir la réussite », a renchéri le sénateur, Jean-Claude Leroy. La députée, Brigitte Bourguignon, a salué un choix judicieux en matière d’environnement et pour une meilleure qualité de vie.

L’investissement pour la commune s’élève à 646 000 € avec 136 000 € de participation de l’État et 9 150 € de la réserve parlementaire pour les tableaux interactifs. Au final, l’école a bénéficié d’un investissement de 831 000 € pour 2015. Tout n’est pas encore tout à fait terminé. D’autres travaux viendront encore moderniser et poursuivre le développement du groupe scolaire. Joëlle Delrue a rappelé que l’école Suzanne-Lacorre ne serait pas oubliée. « C’est une feuille de route pour les dix prochaines années que nous programmons. »

Publié dans Points presse | Laisser un commentaire

L’école Saint-Joseph se met au numérique

MOTIV’SOLUTIONS a sélectionné cet article qui nous fait part de l’équipement récent de l’école privée Saint-Joseph (Sud-Ouest) avec 2 tableaux blancs interactifs.

2131143_421_10975885_800x400

L’école privée Saint-Jospeh a inauguré, vendredi dernier, deux nouveaux tableaux blancs interactifs. Ceux-ci reproduisent l’écran d’un ordinateur, ce qui permet de surfer sur Internet sur le tableau, d’utiliser des logiciels éducatifs ou encore de regarder des vidéos.

« C’est de l’encombrement en moins et c’est plus rapide », explique Mathilde Noirault, enseignante en CM2. En effet, plus de compas ni de règles gigantesques : les outils sont dématérialisés. Financés par l’association des parents d’élèves de l’école, par le Département, la Région et éducation nationale, ces deux tableaux ont été installés dans les classes de CM1 et CM2, afin de faciliter la transition vers le collège où l’outil informatique est omniprésent.

« Si ça les enthousiasme, tant mieux, mais je ne compte pas sur ça pour les motiver », prévient Mathilde Noirault, qui insiste sur la nécessité de pratiquer aussi de ses propres mains.

 

 

Publié dans Points presse | Laisser un commentaire

L’école à la pointe du numérique

MOTIV’SOLUTIONS a sélectionné cet article qui nous parle d’une école du Loir et Cher, l’école élémentaire de Savigny-sur-Braye, considérée comme étant l’établissement le mieux équipé du département.

Savigny école numérique

L’école élémentaire de Savigny-sur-Braye serait-elle un exemple en matière d’équipements informatique et numérique ? L’établissement serait, en effet, le mieux équipé du département.

Une installation facilitée par les connaissances et compétences de son directeur, Marc Lahillone, également chargé de mission TICE (Technologies de l’information et de la communication dans l’enseignement). Dès la construction de l’école, en 1998, la municipalité prévoit des accès internet dans toutes les classes ainsi que des ordinateurs en fond de salle. Évolution oblige, les ordinateurs portables (10) font leur entrée. En 2013, les cinq classes se dotent de tableau numérique interactif. Un outil complémentaire qui permet d’appréhender l’enseignement différemment.
L’année suivante, les visualiseurs, aux nombreuses possibilités, donnent une nouvelle dimension aux cours, tandis que les tablettes numériques (27 + une par enseignant) évaluent les enfants au quotidien. « L’équipement n’est pas surdimensionné par rapport à nos besoins. Chacun y trouve son compte. Cela nécessite un changement de pédagogie et une maîtrise de l’informatique. »
Dash, Dot et Thymio sont les dernières acquisitions (financés à hauteur de 329 € par la municipalité et 130 € par la coopérative scolaire). Trois petits robots (dont un fixe) que les élèves de Marc Lahillone ont pu tester. Pilotés par tablettes, ils répondent à la programmation des élèves, faites par un ensemble de fonctions (blocs de couleurs, chiffres…). Un potentiel intéressant. Notamment en géométrie. Un moyen de focaliser l’attention des enfants et de faire appel à différentes fonctions intellectuelles. « Beaucoup de choses sont à disposition si les enseignants veulent se lancer. » Il faut dire qu’à Savigny, le directeur de l’école est un atout majeur. A la pointe du numérique, des derniers logiciels pédagogiques, il assure également la formation et la maintenance.

 

Publié dans Points presse | Laisser un commentaire

Deûlémont: un deuxième tableau interactif à l’école Guynemer

MOTIV’SOLUTIONS a sélectionné cet article qui nous fait part de l’installation prochaine d’un second tableau numérique interactif à l’école Guynemer à Deûlémont (Nord-Pas-de-Calais).

62979320_B976716986Z.1_20151005162915_000_GMI5A5JAB.1-0

Cette année, l’Amicale laïque a fait savoir à la mairie qu’elle souhaiterait un second tableau pour la classe de CE1-CE2. Son coût se montant à 2 368 euros, l’association a sollicité une aide financière. Le conseil départemental lui a octroyé 1 400 euros, la commune de Warneton 468 euros et celle de Deûlémont 500 euros, subvention exceptionnelle votée à l’unanimité par le conseil municipal.

Le tableau devrait être installé ce vendredi. « Il a les mêmes effets qu’une tablette. On peut écrire directement dessus et faire des recherches en parallèle sur internet. Un groupe d’élèves peut travailler sur le tableau noir pendant qu’un autre utilise l’interactif », a précisé Cédric Delvallée, conseiller municipal jeunes.

Les élus aimeraient organiser une inauguration lors du prochain conseil d’école qui devrait avoir lieu le vendredi 6 novembre. Une façon de découvrir la « deuxième petite merveille ».

Publié dans Points presse | Laisser un commentaire

Un VPI à l’école Louis Hubert

MOTIV’SOLUTIONS  a sélectionné cet article qui nous fait part de l’équipement récent, avec un vidéoprojecteur interactif,  de l’école primaire Louis Hubert à Guémené-sur-Scorff, dans le Morbihan.

de-gauche-a-droite-nadege-barrault-le-technicien-de_2555899_471x405p

Cette semaine, Nadège Barrault, directrice de l’école primaire Louis-Hubert, et René Le Moullec, maire, ont réceptionné un vidéo-projecteur interactif (VPI). Cet outil numérique permet de diffuser et projeter le contenu de l’ordinateur à la classe, sur n’importe quelle surface lisse et claire (tableau, mur, table), comme un vidéo-projecteur classique. Ce VPI permet aussi d’interagir à l’aide d’un stylet avec l’ensemble du contenu de l’ordinateur ou de ses applications. Ce nouveau matériel a été installé par l’Ugap, dans la classe de CM1-CM2, et correspond à la première tranche des travaux d’équipement informatique décidée lors du budget communal. « En tant qu’élus, nous nous sommes engagés à résorber le retard pris par l’école en matière d’équipement informatique et d’améliorer les conditions d’accueil des enfants. Pour cette rentrée, une classe bénéficie de ce matériel. En janvier, une autre classe sera équipée. Et à la rentrée prochaine, la dernière classe », a indiqué René Le Moullec.

Publié dans Points presse | Laisser un commentaire