Intertice Val d’Oise 2015

Capture intertice

MOTIV’SOLUTIONS a eu le plaisir d’intervenir en tant que partenaire sur le salon Intertice sur lequel nous animions un stand.

les 19 et 20 mai 2015, 

à Saint-Ouen-l’Aumône

IMG_4749 (3)

 

 

 

 

Publié dans Points presse | Laisser un commentaire

Deuxième classe numérique pilote en Algérie

MOTIV’SOLUTIONS a sélectionné cet article qui nous fait part de l’inauguration d’une seconde classe numérique pilote en Algérie, équipée de tableau numérique interactif au lycée Colonel Lofti d’Oran, l’un des lycées les plus réputés d’Algérie.

samsung-ecole_2604038_465x348

L’initiative s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre de l’engagement de l’Etat à moderniser l’Ecole algérienne à travers l’introduction des nouvelles Technologies de l’information et de la communication (TIC). La firme coréenne avait inauguré l’année dernière (mars 2014) dans ce cadre la première classe intelligente au lycée d’excellence des mathématiques de Kouba la première classe numérique pilote du genre en Afrique du Nord, et s’était engagée à accompagner le ministère de l’Education nationale dans la réalisation de nouveaux projets additionnels. La classe pilote compte des postes équipés de tablettes Pro Samsung reliés à un smart-board (tableau intelligent) à travers lequel professeurs et élèves interagissent en se partageant les cours, les exercices en alliant interactivité, technologie et web.

Les élèves et les enseignants du lycée Lotfi d’Oran pourront désormais profiter de cette solution éducative mobile Samsung qui leur permet de bénéficier d’une large gamme d’informations éducatives sur leur appareil mobile, notamment les informations à jour sur l’école, l’accès à des ressources d’apprentissage essentielles, ou encore un contrôle en temps réel de la présence et de la participation en classe, tout cela pour améliorer l’engagement et les performances de l’étudiant. Une classe similaire sera ouverte prochainement au lycée Abdelhamid Ibn Badis de Constantine.

Transmettre des savoirs à des enfants qui évoluent depuis leur naissance dans une société irriguée par le numérique et donner à chacun les clés pour réussir dans sa vie personnelle, sociale et professionnelle future, tout cela nécessite de repenser en profondeur notre manière d’apprendre et d’enseigner ainsi que le contenu des enseignements.

De plus en plus d’enfants et d’adolescents connaissent une exposition précoce et fréquente aux écrans et outils numériques. Ils sont baignés dans une culture de l’immédiateté, et passent désormais plus de temps devant internet que devant la télévision. Au niveau international, les expériences sont nombreuses. La Turquie a choisi de doper son système éducatif, jugé peu performant, en donnant à tous les mêmes chances de réussir à l’école.

Pour y parvenir, elle a tout misé sur le tableau numérique interactif et les nouvelles technologies qui investissent les classes du monde entier. En France, un plan d’équipement généralisé en tablettes numériques des collégiens se profile pour la rentrée 2016.

Publié dans Points presse | Laisser un commentaire

Enseignement technique, la numérisation des cours avance à petit pas !

MOTIV’SOLUTIONS a sélectionné cet article qui nous fait part du succès de l’utilisation de tableaux numériques interactifs dans dix neuf établissements d’enseignement technique dans la région d’Analamanga.

cours

L’enseignement technique utilise des tableaux numériques interactifs pour transmettre les cours aux élèves. Le matériel de nouvelles technologies y afférent est insuffisant.

La Nouvelle Technologie à la rescousse d’un enseignement technique au bord du gouffre. Dix neuf établissements d’enseignement technique dans la région Analamanga utilisent des tableaux numériques interactifs (TNI) pour donner des cours. Soixante autres enseignants, issus des directions régionales viennent de bénéficier d’une formation sur l’utilisation de cette nouvelle technologie.

Désormais, les craies sont rangées dans les tiroirs et les cours se font par projection pendant lesquels les élèves voient des images réelles et uniformes. Toutes les filières génie civile, tertiaire, industrielle et habillement, hôtellerie, basculent dans cette numérisation de l’enseignement technique pour donner un nouveau souffle au système d’enseignement.
Les enseignants en constatent l’intérêt. « Dans l’enseignement technique, la matière de base est le dessin. Aupara­vant, l’enseignant fait le dessin au tableau et les élèves copient. Cependant, il nous faut 3 à 4h pour le faire, soit toute la demi-journée de cours. Avec le TNI, il nous suffit de projeter le dessin et les élèves le voient de la même manière », indique Jean Remi Randrian­tsivery, enseignant au lycée technique professionnel à Alarobia.

Absence d’électricité
La numérisation de l’enseignement technique permet également de combler le manque de matériel pendant les travaux pratiques. L’enseignant cite comme exemple la filière fabrication mécanique qui nécessite l’utilisation d’une machine spécifique dont les établissements techniques ne disposent pas. Avec le TNI, il est possible de l’avoir virtuellement.
Le hic dans le basculement dans l’enseignement numérique est l’insuffisance  de matériel. Au lycée technique d’Alarobia, il n’y a que cinq salles spécialisées pour l’utilisation du TNI. Les enseignants n’ont d’autres choix que d’y passer par tour, par filière et par niveau. Dans les régions, un établissement ne dispose que de deux TNI. Le problème majeur des établissements techniques, dans les régions, réside dans l’absence d’élec­tricité.
Docteur Sabir Ratovo­nasy, directeur de l’Institut National de Formation (Infor) auprès du ministère de l’Emploi, de l’Enseignement Technique et de la Formation Professionnelle, propose à ces établissements l’utilisation d’une batterie pour pratiquer le TNI.
Toutefois, certains élèves craignent que la numérisation de l’enseignement technique supprime les travaux pratiques car la tendance est de télécharger un dessin au lieu de le faire manuellement.

Publié dans Points presse | Laisser un commentaire

Le numérique à l’école : 1 milliard d’euros sur 3 ans

MOTIV’SOLUTIONS  a sélectionné cet article d’actualité qui fait suite à l’annonce de François Hollande de ce jeudi 7 mai qui continuer à vouloir faire rentrer l’école dans l’ère du numérique et ce, dès aujourd’hui.

4629785_3_6490_le-president-de-la-republique-etait_7e37275550fb880200e5180126c7c4f3

François Hollande veut faire de la France un pays leader de « l’e-enseignement ». Tous les élèves devront disposer, en 2018, d’un outil numérique, a-t-il annoncé, jeudi 7 mai. Pour ce faire, il a détaillé le plan pour le numérique à l’école – déjà annoncé en septembre 2014 –, dont le but est de faire entrer l’école dans l’ère du numérique, précisant que sa mise en œuvre commençait « dès aujourd’hui ».

M. Hollande multiplie depuis plusieurs semaines les déplacements sur le thème de la jeunesse. Mercredi, devant des jeunes au Conseil économique, social et environnemental, il s’est porté au secours de la réforme des collèges, critiquée par la droite et par certaines associations, en prônant « l’intérêt général » plutôt que « les intérêts particuliers ».

Ce plan sera doté d’une enveloppe d’« un milliard d’euros sur trois ans ».

« Le tiers proviendra du programme d’investissements d’avenir (…) le reste, 650 millions, sera à la charge de l’Etat pour la formation des personnels, pour le développement des ressources pédagogiques et pour le financement des ordinateurs ou des tablettes acquis par les départements. »

Les départements devront ainsi fournir aux élèves un matériel pédagogique de leur choix. M. Hollande s’est engagé à ce que pour chaque euro investi localement, l’Etat verse un euro supplémentaire. De plus, la Banque publique d’investissement fournira 15 millions d’euros pour soutenir les entreprises innovantes en matière d’éducation.

Cartable « allégé »

Pour utiliser au mieux ces nouvelles ressources pédagogiques, un « programme exceptionnel de formation des enseignants et des personnels » sera mis en place dès 2016. M. Hollande a également promis « un accès simplifié à une offre complète de contenus », précisant que « des appels d’offres seront lancé dès septembre 2015 pour que tout soit prêt dès la rentrée 2016 ».

« Cinq disciplines de collège seront ouvertes en priorité : le français, les mathématiques, les langues étrangères, l’histoire-géographie et, enfin, les sciences. »

Souhaitant que « le numérique soit utilisé dans toutes les disciplines », le président a assuré que le « vieux projet » du cartable numérique « allégé » serait ainsi atteint. « Il faut que chaque collégien puisse avoir lui-même les outils numériques à sa disposition partout sur le territoire », a-t-il encore souligné.

 « La spécialité informatique et sciences du numérique qui était réservée à certains élèves de terminale S sera généralisée à toutes les filières et étendue à la classe de première sous la forme d’une option. »

Publié dans Points presse | Laisser un commentaire

L’école Jules Ferry carbure aux nouvelles technologies !

MOTIV’SOLUTIONS a sélectionné cet article qui nous présente l’école Jules Ferry (Bretagne), déjà équipée en TBI dans chaque classe et qui vient d’être équipée de tablettes supplémentaires.

les-nouvelles-technologies-font-partie-de-l-environnement_2351945_660x276

Branchée et connectée, l’école Jules-Ferry carbure aux nouvelles technologies ! Avec une salle informatique bien équipée, des tableaux interactifs dans chaque classe, le numérique fait d’autant plus partie de la vie des élèves que, depuis la rentrée de printemps, huit nouvelles tablettes sont venues s’ajouter aux six que possédait déjà l’établissement. Ce joli cadeau de l’Association des parents d’élèves, d’un montant de 4.000 €, permettra aux enseignants de travailler par demi-classe ou d’associer deux élèves par tablette. Dans un cas comme dans l’autre, « ces nouveaux outils permettent d’aborder certaines matières de manière plus ludique. Ils permettent également aux élèves d’évoluer à leur rythme et d’individualiser certains apprentissages. Ce sont des aides appréciables au service d’une pratique pédagogique différenciée », explique la directrice Claudine Frétigné.

En d’autres termes, l’enseignant reste maître à bord et décide des meilleurs moyens pour que ses élèves parviennent aux apprentissages requis. « Cela ne signifie pas qu’on va brûler les livres » Les projets ne manquent pas : jeux éducatifs, travail d’écriture, apprentissage de la logique et de la déduction avec les tangrams pour les petits élèves de Patricia Chauvet, réalisation d’un dictionnaire pour les élèves de grande section et CP de Rachel Le Vu, travail sur la lecture des contes pour les CE1 et CE2 de Sandrine Rannou, information et documentation en vue d’une future sortie scolaire aux Glénan pour les CE2 et CM1 de Thierry Helleux ou encore création, rédaction et mise en page de contes pour les CM1 et CM2 de Claudine Frétigné. L’utilisation de ces nouveaux outils ne se limite pas à une aide pédagogique, ni ne remplace une méthode d’apprentissage plus classique. Pour Claudine Frétigné, « il ne faut pas oublier que cet environnement technologique fait partie de la vie des élèves d’aujourd’hui, nés dans l’ère numérique. Le rôle de l’école est aussi de les initier et de les éclairer dans l’utilisation de ces pratiques. Mais recourir aux tablettes à l’école primaire ne signifie pas que l’on va brûler les livres ! L’utilisation des manuels et la lecture des romans restent prioritaires ».

Publié dans Points presse | Laisser un commentaire

L’école dans l’ère numérique !

MOTIV’SOLUTIONS a sélectionné cet article qui nous présente une école primaire de la commune de Nogaro (Armagnac) qui a été équipée  de tablettes tactiles et tableaux numériques interactifs, ainsi qu’une école maternelle qui a pu elle aussi bénéficier de 3 tableaux numériques interactifs.

201410041581-full

La commune de Nogaro a inauguré le nouvel équipement numérique de l’école primaire avec M. Halter, directeur académique des services de l’Éducation Nationale ; Sophie Yerle, inspectrice de la circonscription ; M. Grazid, conseiller pédagogique au TICE ; M. Laffargue, gérant de la société ACIP, qui a procédé à l’installation ; M. Pujol et Mme Dupuy-Mitterrand. Tout ce monde s’est rendu dans les différentes salles de classe pour rencontrer les enseignants et les enfants et voir comment ce matériel moderne est assimilé.

«La commune a investi environ 100 000 € sur ces nouvelles technologies après avoir mûrement réfléchi en collaboration avec les enseignants, l’Association des parents d’élèves et l’inspection académique», a présenté M. Peyret, maire de Nogaro. L’équipement comprend 140 tablettes tactiles et 6 tableaux blancs interactifs pour les enfants de l’école élémentaire, 3 pour la maternelle et 1 ordinateur portable pour chaque enseignant. Un logiciel permet à l’enseignant de prendre la main sur la tablette de l’élève, un autre de mettre à disposition les cours. «Il y a une interactivité entre l’ordinateur portable, le tableau et les tablettes reliés par wifi. Tout est mémorisé car les sauvegardes se font en temps réel», a expliqué M. Desquibes, de l’ACIP. «Cet équipement va dans le sens de la mise en place du haut débit Internet sur l’ensemble du département dans le cadre de son plan numérique», a souligné M. Halter.

Le dispositif permet de projeter des documents, des images, de la vidéo et même de faire des lignes d’écritures comme avec un cahier et un crayon. «Les enfants sont à l’aise dans la manipulation du tableau. Ils participent même plus», a remarqué Mme Schmidt, enseignante et directrice de l’école primaire. Elle a ajouté : «On s’y est mis en s’aidant entre collègues. On attend la formation pour utiliser les tablettes».

Les enseignants vont bénéficier d’une formation complémentaire à ce nouvel outil.

 

Publié dans Points presse | Laisser un commentaire

Intertice Val d’Oise 2015

Capture intertice

MOTIV’SOLUTIONS a le plaisir de vous convier au salon Intertice (carrefour des usages pédagogiques), sur lequel nous intervenons en tant que partenaire et animons un stand,

les 19 et 20 mai 2015, 

à Saint-Ouen-l’Aumône

Pour découvrir le programme de ces deux journées : www.intertice.fr/Programme-Intertice-95

Enseignants, chefs d’établissement, collectivités, venez découvrir les nouveautés autour du éducatifs et rencontrer plus de 20 acteurs du marché

Tablettes, tableaux et vidéoprojecteur Interactif,

boitiers d’expression, Eblocks….

 

 

 

Publié dans Points presse | Laisser un commentaire

Numérique à l’école : déclenchons le mouvement !

MOTIV’SOLUTIONS a sélectionné cet article qui identifie la motivation à faire rentrer le numérique de façon massive dans les classes à la fois au niveau de l’équipement mais aussi de la formation des enseignants par le biais d’un accompagnement concentré dans le temps.

Le numérique à l’école est enfin à l’agenda, avec une ambition réaliste au regard du décalage qui existe entre nos vies de tous les jours et cette institution. La question clé est simple: comment déclencher un mouvement d’ampleur et le rendre durable? Une tribune de Bruno Grossi, directeur exécutif d’Econocom.

Antonio Gramsci écrivait qu’«aucune société ne s’assigne une tâche sans disposer des conditions nécessaires et suffisantes pour pouvoir l’accomplir». On sent bien que, sur le numérique à l’école, nous en sommes là. L’ambition est posée, et la nécessité de rattraper notre retard fait consensus.

Car retard il y a. On compte, semble-t-il, quatre fois moins d’ordinateurs au collège en France que dans la moyenne des pays d’Europe. Comment imaginer que, dans un monde où la connaissance est partout disponible, nos classes ressemblent encore à celles de nos parents? Comment se satisfaire du fait que les deux-tiers des enfants s’ennuient en classe, quand ils vivent dans un monde où les écrans et autres «objets connectés», leur ouvrent un accès aisé, ludique et permanent à la connaissance, à l’extérieur?

Cette urgence a été saisie. Le président de la République en a fait une priorité à la rentrée, et le Conseil national du numérique vient de remettre un rapport qui porte une ambition importante sur l’éducation et le numérique. Les parents et les élèves sont prêts, en attente. L’ensemble des communautés éducatives débattent et proposent: nous y sommes.

Évidemment, c’est ce moment que nous, Français, choisissons pour critiquer, proposer des chemins différents, râler parfois aussi. On se perd un peu dans les initiatives, on conteste déjà des projets d’orientations, on mélange un peu enseignement au numérique et enseignement par le numérique.

Et si tous ensemble et au même moment, on prenait le sujet au sérieux? Le sujet ne devrait pas tant être celui des détails, des dizaines de mesures potentielles, des expérimentations supplémentaires à mener, que celui de trouver le starter. Comment créer le mouvement? Comment rendre réelle et massive, l’entrée du numérique dans nos écoles? Comment changer d’échelle?

 Changer d’échelle, c’est dépasser les symboles. Le bac «humanités numériques» que propose le rapport du Conseil national du numérique? Pourquoi pas, allons-y. Mais attachons-nous avant tout aux déclencheurs: à ces facteurs qui vont permettre vite de changer de dimension et d’arrêter le stop and go. Concentrons-nous, comme si nous étions dans une start-up nationale, sur ce qui permet de penser en grand et de changer la donne.

Priorité à l’équipement et à l’accompagnement des professeurs

Ce qui change la donne, c’est de faire entrer massivement le numérique dans la classe. Tant qu’on laissera cette partie de notre quotidien hors des salles de classe ou présente en trop faible densité, on pensera «trop petit» et «trop lentement».

Pour basculer du bon côté du challenge, il me semble qu’il y a deux priorités.

La première, c’est l’équipement. On ne fera pas de nos élèves des citoyens autonomes dans l’âge numérique qui est déjà le leur (et aussi le nôtre) en les armant uniquement de crayons et de papier. Le numérique n’est pas tout, ne fait pas tout, mais il doit physiquement entrer dans la salle de classe, maintenant et pour tous. Les outils numériques, apprivoisés par les enseignants et déjà largement connus des élèves, deviendront très vite des auxiliaires efficaces

La deuxième, c’est l’accompagnement des professeurs. La majorité des professeurs est positive et prête à accompagner cette mutation. Il leur manque l’accompagnement pour établir avec leurs élèves une nouvelle relation autour des solutions numériques à leur disposition. Un plan de formation des enseignants au numérique, concentré dans le temps, est un autre investissement que notre pays devrait consentir pour faire entrer notre école dans le siècle.

En cette rentrée, douze collèges de Seine-Saint-Denis se sont réunis autour d’un projet: celui de créer un «choc éducatif» autour du numérique. Toute la communauté enseignante y est unie, et se mobilise dans une dynamique incroyable au sein même des établissements, rassemblant professeurs et élèves dans une nouvelle relation. Le déclencheur, il est là, à portée de main.

Comment financer? Si par extraordinaire, nous n’arrivions pas à dégager des économies suffisantes pour financer ce choc éducatif salutaire (et bon pour le moral), notre ministre de l’Economie pourrait proposer un emprunt national. Une grande cause d’avenir le demande, et l’on pourrait même proposer les mêmes avantages que l’assurance vie afin de susciter une collecte ou un transfert de quelques milliards.

Que croyez-vous qu’il adviendrait? Je parie sur le succès.

Alors, qu’attend-on pour basculer?

ecole-tablette-reuters

Publié dans Points presse | Laisser un commentaire

Ordinateur et tableau interactif : incontournables !

MOTIV’SOLUTIONS a sélectionné cet article qui nous présente l’école primaire d’Ouzouer-le-Marché (Loir et Cher), équipée de tableaux interactifs, et la manière dont les enseignants l’utilisent au quotidien dans leur classe.

Rectrice Ouzouer

A l’école primaire d’Ouzouer-le-Marché, l’outil informatique est pleinement intégré à l’enseignement que reçoivent les enfants.

Essayer, se tromper, essayer à nouveau : en classe, l’outil numérique confère « un statut différent à l’erreur », selon une partie du corps enseignant. A l’école primaire d’Ouzouer-le-Marché, qui appartient au regroupement pédagogique intercommunal (RPI) Ouzouer-Villermain, la directrice, Nelly Besnard, l’a confirmé, vendredi 24 avril dernier, au cours d’une visite de l’école d’Ouzouer par le recteur, Marie Reynier, et par la directrice académique, Valérie Baglin-Le Goff : « Sur l’ordinateur, les petits peuvent recommencer le même exercice plusieurs fois, sans que leurs fautes soient inscrites sur une feuille. »

L’enseignant Pierre-Jean Girardot a expliqué la manière dont il intègre l’informatique à ses cours, avec ses élèves de petite et moyenne sections, alors qu’un groupe de petits, casque sur les oreilles, participait à un atelier devant un écran. « Le matin, lorsque les enfants arrivent, ils peuvent utiliser librement les ordinateurs, a-t-il affirmé. Mais tous les logiciels installés sont en lien avec le travail réalisé en classe. »
Si l’usage de l’ordinateur doit toutefois, pour Nelly Besnard, « rester limité dans le temps » à l’école, celui d’un autre instrument, le TBI (*), est presque devenu incontournable au sein de l’établissement scolaire d’Ouzouer. Démontrant cette idée, vendredi dernier, Christelle Millet a proposé à ses CM1-CM2, sur son tableau interactif, une séance de sciences complète sur la respiration : après avoir diffusé une animation explicative, elle a pu, en quelques mouvements, proposer plusieurs exercices – questionnaire, texte à trous, schéma à compléter… – interactifs. « Le TBI donne aussi la possibilité de faire apparaître des outils – équerre, compas… – pendant les cours de maths, a précisé Nelly Besnard. Il est, cependant, moins simple de l’utiliser lorsque deux niveaux d’élèves trop différents se trouvent dans la même classe. »
« Il est toujours intéressant de voir comment les enseignants s’approprient les nouveaux produits numériques, de découvrir ceux qu’ils utilisent », a commenté Marie Reynier à l’issue de la visite.

A suivre : des tablettes en maternelle

Au sein du RPI d’Ouzouer-le-Marché, une seule classe d’élémentaire n’est pas équipée d’un TBI. Les deux premiers tableaux avaient été installés en 2009-2010, dans le cadre du dispositif « Écoles numériques rurales ». « L’association des parents d’élèves a ensuite ajouté un TBI mobile, détaille Jean-Yves Gasnier, maire. Depuis, la municipalité équipe l’établissement scolaire, un petit peu chaque année. » L’objectif est désormais, pour la directrice, d’acquérir, à plus ou moins long terme, des tablettes tactiles pour les élèves de maternelle.

(*) Tableau blanc interactif.

Publié dans Points presse | Laisser un commentaire

Institution Sainte Marie à Antony (92) : équipement de 30 salles !

MOTIV’SOLUTIONS est heureuse de vous annoncer l’équipement de l’institution Sainte-Marie à Antony en vidéoprojecteurs interactifs 60 Wi2 de la marque Smart Technologies pour 30 salles de classe.

GE092-16_2014_LFMedientechnik-Videokonferenz-Smart-LightRaise-60wi-Projektor_01

 

Merci à l’institution Sainte-Marie pour la confiance accordée à MOTIV’SOLUTIONS depuis toutes ces années !

 

 

Publié dans Points presse | Laisser un commentaire